Alarme

En cas de rupture de barrage ou de débordement, la CENAL est informée directement, soit par l'exploitant du barrage, soit par la police cantonale. A partir de ce moment, les services concernés et les services d'intervention resteront en contact permanent. La CENAL joue un rôle de plaque tournante. C'est elle notamment qui est chargée de donner une première information à la Section Barrages dans l'Office fédéral de l'énergie OFEN.

Aux abords des ouvrages importants, on distingue deux zones. La zone rapprochée correspond au secteur pouvant être inondé dans les deux heures qui suivent une rupture totale et subite de la digue. Cette zone est équipée de sirènes spéciales pouvant diffuser l'alarme-eau. Ce signal consiste en une suite de sons graves. Au-delà, dans la zone éloignée, la population est avertie du danger par l'alarme générale (son oscillant continu). L'alarme générale signifie toujours qu'il faut tout de suite allumer la radio, qui donnera d'autres informations. Dans la zone éloignée, l'alarme-eau est toujours déclenchée après l'alarme générale. Dans ce cas, il faut quitter immédiatement la zone menacée.

D'une part, la CENAL ordonne le déclenchement de l'alarme générale et, d'autre part, elle transmet des consignes de comportement aux stations de radio qui les diffuseront à la population.

Les mesures de protection incombent aux cantons. Chaque commune dispose d'aide-mémoire concernant le comportement à adopter.