Valeurs de la radioactivité

La CENAL possède son propre réseau de mesure de la radioactivité, le réseau NADAM. Il se compose de 71 sondes réparties dans toute la Suisse, qui transmettent toutes les 10 minutes les valeurs mesurées à la CENAL. En cas de dépassement d'un certain seuil (1000 nanosieverts par heure [nSv/h]), une alarme est automatiquement déclenchée à la CENAL.

On peut consulter ici les valeurs moyennes quotidiennes mesurées par les 71 sondes. Selon l'emplacement, la moyenne journalière du débit de dose ambiant varie en Suisse de 80 à 260 nanosieverts par heure (nSv/h). Cette variation dépend en premier lieu du rayonnement naturel. Celui-ci est essentiellement fonction, d'une part, de la nature géologique du sol et, d'autre part, de l'intensité du rayonnement cosmique, qui augmente avec l'altitude. Cela entraîne des valeurs de mesure sensiblement plus élevées avant tout pour les stations situées dans les Alpes (p.ex. le Jungfraujoch). Les valeurs de radioactivité naturelle les plus élevées de Suisse se mesurent au Piz Giuv, au nord de Sedrun. Ces valeurs maximales se situent à environ 500 nSv/h.

La radioactivité artificielle ne représente que quelques pourcent, cela pour toutes les stations NADAM. Cette partie artificielle est avant tout due à l'accident de Tchernobyl en 1986 ainsi qu'aux essais d'armes nucléaires des années 60.

Les précipitations peuvent déboucher sur une augmentation de courte durée des valeurs mesurées, par le lessivage de la radioactivité contenue dans l'atmosphère qu'elles entraînent. Cette augmentation est plus particulièrement fonction de l'intensité des précipitations et de la durée de la période sèche qui les a précédées.

En hiver, la couverture neigeuse peut réduire la part du rayonnement provenant du sol à tel point que les valeurs mesurées baissent à un niveau situé au-dessous de l'éventail des valeurs usuelles.

On peut en outre consulter le journal des mesures des trois derniers jours. Le journal des mesures est actualisé deux fois par jour, à 08h00 et à 15h00.